20 janv. 2010

Haïti, adoption, la vieille histoire se répète

Outlandishremarks décrit l'impact du tremblement de terre en Haïti sur...la classe moyenne des Blancs des États-Unis, Canada, et de l'Europe occidental: Whites Make Pact With God, Expedite Haitian Adoptions.

Remplacez le mot "Korea" par "Haiti" dans le texte extrait de Adoption Project, et voyez combien de Américains moyens commencent à hocher leurs têtes: “For the Holts, family-making required faith and altruism, not social work or regulation, and they found nothing wrong with the idea of Americans adopting foreign children, sight unseen. American childhood, they assumed, was unquestionably superior to childhood in developing nations. The Holts’ form letter seeking adoptive parents included the following request. ‘We would ask all of you who are Christians to pray to God that He will give us the wisdom and the strength and the power to deliver his little children from the cold and misery and darkness of Korea into the warmth and love of your homes.’ For the Holts and many of their supporters, Korea was a backward country whose children deserved to be rescued.”

L'histoire se répète. Dans le message-blog History Unlearned Repeats...Painfully and Shamefully,
Family Preservation Advocate nous rappelle l'Operation Babylift de 1975. Sous cette opération, plus de 2000 enfants ont été transportés par avion du Vietnam pour être adoptés par des familles dans différents pays. Un avion de transport militaire avec environ 300 passagers à bord s'est écrasé le 4 avril 1975, peu après le décollage de Saigon. Plus de 100 enfants ont été tués, avec au moins 25 de leurs accompagnateurs adultes. Un total de 2547 enfants étiquetés "orphelins" ont été traités sous l'Opération Babylift. Sur ce total, 1945 aux États-Unis, 602 dans d'autres pays, et il y a eu neuf décès.

Le 29 avril 1975, un recours collectif a été déposé au tribunal fédéral du district de San Francisco au nom des enfants vietnamiens qui ont été amenés aux États-Unis pour l'adoption. La poursuite visait à interdire la procédure d'adoption jusqu'à ce qu'il ait été constaté que, les parents ou des proches au Vietnam aient consenti à leur adoption ou que ces parents ou proches ne pouvaient pas être trouvés.
La plainte alléguait que plusieurs des orphelins vietnamiens amenés aux Etats-Unis sous l'Opération Babylift avaient déclaré qu'ils n'étaient pas orphelins et qu'ils souhaitaient retourner au Vietnam.

Mais aujourd'hui, nous savons bien que près de 90% des enfants dans les orphelinats à travers le monde ne sont pas orphelins. Certains sont des "demi-orphelins", c'est-à-dire ayant un parent vivant, et d'autres ont de la famille étendue. Les gens dans des pays pauvres, comme Haïti, utilisent les institutions lorsqu'il y a manque de nourriture sur la table ou que leurs enfants ont besoin de soins médicaux dont ils ne peuvent pas fournir d'une autre manière. Leurs familles les visitent et espèrent être réunis.

Tragedy Exploited: A Sad History Repeating Itself in Haiti (Tragédie exploitée: Une triste histoire qui se répète en Haïti) par Mirah Riben (Dissident Voice, 21 janvier 2010).

Adopted & Fostered Adults of African Disapora:

AFAAD mettra toujours les besoins des adoptés et ceux en transition vers ou et hors des foyers d'accueil au-dessus des besoins et des désirs des parents adoptifs potentiels et continue de placer le mouvement des enfants noirs de leur communauté d'origine vers un contexte historique plus large de mondialisation, du colonialisme et de la race. Notre objectif est de garder les familles et les communautés ensemble, même en période de traumatisme et de catastrophe.

Que pouvez-vous faire pour aider Haïti et ses enfants? AFAAD vous demande de bien réfléchir et vous donne le défi de penser en dehors du système actuel d'adoption, qui continue d'insister pour le retrait des enfants est la seule option.

Donnez à: Haiti Soleil

Parners in heath

Communiqué de presse d'United Adoptees International : Adoption is not humanitarian aid (L'adoption n'est pas une aide humanitaire)

United Adoptees International donne la voix aux adoptés adultes:

Adopters want themself to be shown as victims of Haiti: Childish behaviour of adopters irritate Adoptees

Media love adoptive parents: "Il semble que les adoptants sont les seuls experts et que les adoptés adultes experts dans le domaine n'existent pas. 9 des 10 émissions de télévision montrent les messages des adoptants, au lieu d'écouter les personnes adoptées et leurs expériences. [...] Les futurs adoptants disent que les orphelinats doivent être vidés le plus tôt possible afin que de nouveaux groupes d'enfants puissent être accueillis, et bien sûr adoptés. Les adoptants créent une nouvelle chaîne d'adoption sans se demander ce qui se passera lorsque ces enfants grandiront. Les études par et sur les adoptés adultes montrent des traumatismes multiples, particulièrement dus à ce type d'adoptions. Les adoptants présents minimisent ces faits comme étant non pertinents. Ils utilisent leurs enfants adoptés, le plus souvent inconscients d'être des mascottes pour créer plus d'adoptions, afin de prouver leur vertu.

SOS Children's Village/SOS Village d'Enfants.

Haiti Earthquake Appeal: False claims of "million orphans" SOS Children's Village nous rappelle le Tsunami au lendemain de Noël 2004, ils ont encore quelque cinq cents enfants qui ont été rendus orphelins par le Tsunami et qui vivent dans une famille aimante de leurs villages. Cinq cents enfants sur une estimation finale comprise entre cinq et six mille enfants rendus orphelins par le tsunami qui a tué 230 000 personnes au total. La plupart de ces orphelins se sont retrouvés avec leur famille élargie, souvent avec une certaine aide financière. Pays par pays, le nombre d'orphelins était égal à environ 2-3% du nombre total de morts. Beaucoup d'enfants sont morts avec leurs familles et beaucoup ont été séparés de leur famille, mais réunis. Ils ont pris en charge et conseillé 9000 enfants dans leurs maisons d'hébergement à court terme, dont beaucoup ont été brièvement placés là par des parents toujours à la recherche de leures frères et sœurs.

Mais dix jours après le Tsunami, circulaient dans les médias des histoires déclarant que 1,5 million d'enfants touchés étaient la plupart des orphelins. Une déclaration qui fait partie d'un mythe qui est apparu puis disparu.

On entend déjà des histoires de 200.000 morts avec un million d'orphelins du séisme, et même "2 millions d'orphelins du tremblement de terre" dans le tabloïd britannique.

Mais quiconque déclare qu'il y a un million d'orphelins n'aident pas les enfants d'Haïti et leurs besoins. Ils pourraient obtenir plus de sympathie et d'argent à court terme par ces déclarations, mais la réalité est que fournir un foyer chaleureux à tous les enfants rendus orphelins par un séisme majeur est à la portée de SOS Village d'enfants. Et ça va nuire à la crédibilité comme avant quand tout deviendra clair. Moins précis et plus exagérés sont les chiffres, plus il y a de risque de retirer rapidement des enfants, qui pourraient avoir des parents toujours à leur recherche, de leur pays, leur culture et leur famille. Certains enfants qui sont déjà dans le processus d'adoption hors d'Haïti devraient bien sûr être autorisés à partir. Peut-être ceux qui sont déjà identifiés comme orphelins avant le séisme. Mais les enfants qui
viendraient d'être rendus orphelins doivent être pris en charge, conseillés et aimés au niveau local, pendant que la famille est retracée et que leur meilleur intérêt est considéré. Il suffit d'un petit nombre de commanditaires occidentaux réfléchis pour eux pour avoir une autre chance dans la vie.

Earthquake orphan appeal: Do not adopt earthquake orphans : Lorsque vous voyez un enfant qui a perdu sa famille dans les nouvelles, votre instinct naturel est de vouloir aller les chercher et les chérir. Il ne faut pas se sentir coupable de cet instinct, il fait partie de l'être humain et la plupart d'entre nous le partager. Cependant avant de prendre des mesures en vue de tenter d'adopter un enfant tremblement de terre, vous devez arrêter et de penser:

1) Est-ce que les adopter est la meilleure solution pour l'enfant? Un enfant qui a commencé à grandir dans une communauté et ses parents perdus, a encore une certaine sécurité intérieure à connaître leur environnement, à connaître d'autres adultes, le temps le son ou les accents de la langue locale et leur environnement en général (même les odeurs, l'humidité et la température). Vous sentez peut-être que vous pouvez offrir l'environnement le plus affectueux au monde, mais il pourrait ne pas être celui où l'enfant se sent le plus en sécurité.

2) Est-ce cette approche est économiquement efficace? S'occuper des enfants au niveau local à long terme est beaucoup moins cher que de les déraciner et les amener ailleurs pour l'adoption. SOS Enfants a un modèle bien éprouvé pour orphelins basé sur des groupes de famille d'une dizaine d'enfants avec une mère bien formée, qui peut gérer le stress et le deuil des enfants. Une quinzaine de familles vivent ensemble dans un village construit à cet effet et cette communauté dans la communauté est une bonne solution pour les enfants du quartier. Nous ne fournissons pas un environnement du premier monde: les enfants dorment quatre par chambre, mais nous fournissons un environnement d'amour qui est culturellement local, avec la langue et la religion locales où les enfants peuvent se sentir en sécurité.

3) Pouvez-vous savoir que l'enfant n'a vraiment vraiment personne? SOS Enfants a énormément d'expérience après les crises dans le monde entier: Rwanda, Cachemire, Tsunami, Kosovo et bien d'autres. Parfois, les parents sont trouvés des années plus tard, encore en deuil de l'enfant qu'ils croyaient mort. Voulez-vous avoir adopté un orphelin du tremblement de terre hors de la culture et refuser à la mère la possibilité de retrouver son bébé?

4) Est-ce que beaucoup d'entre sont vraiment prêts? Les chances sont que les enfants issus de milieux très défavorisés comme Haïti pourraient avoir des problèmes de développement de malnutrition et un début d'instruction est faible dans la vie. Les intégrer tranquillement dans la société occidentale pourrait pourrait ne pas donner lieu au bon moment à l'école ou dans l'indépendance future où les désavantages pourraient de l'importance. Le traumatisme dans leur passé pourrait être difficile à guérir. Le rêve pourrait ne pas correspondre à la réalité de bien des façons.

Uncief:

UNICEF fears child trafficking, opposes foreign Haiti adoption (World Bulletin, 20 janvier 2010)

L'UNICEF s'efforce d'identifier et d'enregistrer les enfants non accompagnés, errant dans les rues chaotiques de la capitale Port-au-Prince, dont les parents ont été tués ou sont portés disparus depuis le tremblement de terre il y a une semaine. Les orphelins et enfants abandonnés en Haïti après le séisme dévastateur, ne devraient être adoptés à l'étranger que comme dernier recours, a déclaré Unicef. La position de l'Unicef a toujours été que, quelle que soit la situation humanitaire, la réunification familiale doit être favorisée; l'adoption internationale en dernier recours.

L'Unicef appelle à «ne pas se précipiter» pour l'adoption d'enfants haïtiens. (Ouest-France, 18 janvier 2010).

L'Unicef a appelé lundi à éviter toute «précipitation» concernant les adoptions d'enfants haïtiens par des familles françaises et a évalué à «environ deux millions» le nombre d'enfants touchés, directement ou indirectement, par le séisme. Le gouvernement français a été interpellé par des familles adoptantes qui veulent une accélération des procédures afin d'épargner aux enfants en cours d'adoption les souffrances consécutives au séisme dévastateur de mardi dernier.

«La position de l'Unicef, c'est de dire +pas de précipitation+ : on est dans une phase de réponse à une urgence qui est absolument catastrophique et qui a déstabilisé, destructuré toutes les autorités du pays», a expliqué sa porte-parole Bénédicte Jeannerod sur France Info. «Prenons le temps - même si c'est extrêmement difficile pour les familles qui sont en attente - d'avoir une meilleure vision de ce qui se passe pour ces enfants là-bas», a ajouté Mme Jeannerod, appelant à «ne pas agir dans la précipitation car ce serait absolument catastrophique» s'il y avait des «confusions» sur l'identité des petits.

Quant aux enfants qui ont perdu leurs parents dans le séisme,«ils ne sont pas forcément adoptables», a prévenu Mme Jeannerod.

Children are best left with their families (Les enfants sont mieux avec leurs familles) par Amalia Fawcett, spécialiste de la protection des enfants dans les situations d'urgence au plan international en Australie (National Times, 21 janvier 2010).

Adoption agencies warned off Haiti's orphans (Independant, 19 janvier 2010)

Sur Pound Pup Legacy:

Dutch government accept bribes to get Haitian children (Le gouvernement néerlandais accepte des dessous-de-table)

Illegal Adoption now legalised by Dutch Ministry?
(Adoption illégale maintenant légalisée par le ministère néerlandais?

Haiti - Country information

Le rapport de 2005, sur l'adoption internationale en Haïti, publié conjointement par Terre des Hommes et Unicef. Le rapport, réalisé sous la supervision des experts Marlène Hofstetter et Fernando Freire, révèle que la majorité des adoptions internationales ne respecte pas les droits élémentaires de l'enfant.

3 commentaires:

Kim Myung-Sook a dit…

Déclaration de Bastard Nation sur les adoptions haïtiennes et les "Babylift"

Kim Myung-Sook a dit…

Adopted Haitians worried about situation in Haiti

But besides this issue, adoptees from Haiti are worried about their families. Nevertheless western media mainly focusses on people in Haiti and adopters who are in the country to get a Haitian child or waiting for an child to adopt, do not realise that many adoptees from Haiti have still a bond with the country. Another interesting issue is that western media focus on adopters and adoption agencies instead of how the situation of the possible living (birth)parents are and their children once adopted.

Kim Myung-Sook a dit…

Déclaration sur Haïti
par Adoptees of Color