27 avr. 2009

Le désir ardent des Chinois d'avoir un fils alimente les enlèvements de garçons




Du site The New York Times, Chinese Hunger for Sons Fuels Boys’ Abductions, publié le 4 avril 2009.

SHENZHEN, Chine — Les voleurs frappent souvent à la tombée de la nuit, lorsque les enfants jouent dehors et que leurs parents sont distraits par l'épuisement.

Deng Huidong a perdu son fils de 9 mois en un clin d'œil; un homme l'a arraché de l'emprise de sa sœur aĝée de 7 ans, près de la porte de leur maison. La voiture n'a ne s'est même pas arrêté alors qu'une paire de bras a atteint la fenêtre et a attrapé le garçon.

Sun Zuo, un garçon grégaire de 3 ans et demi, a été attiré par une personne avec une tranche de mangue et une voiture jouet, un enlèvement qui a été saisi par les caméras de surveillance de la la police.

Peng Gaofeng était occupé avec des clients, quand un homme a arraché de fils de 4 ans, du centre commercial en face de sa boutique alors qu'une foule de travailleurs dans les usines profitaient d'un soir de printemps. " J'avais tourné le dos pendant une minute, et lorsque je l'ai appelé pour lui, il avait disparu", a déclaré M. Peng.

Ces enfants et des milliers d'autres volés des centres industriels fourmillants du delta de la rivière des Perles de la Chine, n'ont jamais été récupérés par leurs parents ou par la police. Mais les preuves empiriques suggèrent que les enfants ne vont pas loin. Bien que certains soient vendus à des acheteurs de Singapour, de la Malaisie et du Vietnam, la plupart des garçons sont achetés sur le marché intérieur par des familles désespérées d'avoir un héritier mâle, disent les parents d'enfants enlevés et certains responsables de l'application de la loi qui ont enquêté sur la question.

La demande est particulièrement forte dans les zones rurales du sud de la Chine, où la tradition de favoriser plus les garçons par rapport aux filles et la politique stricte de planification familiale du pays ont fait de la vente d'enfants volés une entreprise florissante.

Su Qingcai, un cultivateur de thé de la côte montagneuse de la province du Fujian, a expliqué pourquoi il a dépensé 3500$ l'an dernier pour un garçon de 5 ans. "Une fille n'est pas aussi bonne qu'un fils", a déclaré M. Su, 38 ans, qui a une fille biologique de 14 ans, mais dont le fils est mort à 3 mois. "Peu importe combien d'argent vous avez. Si vous n'avez pas un fils, vous n'êtes pas aussi bons que d'autres personnes qui en ont un."

La vieille tradition de plusieurs siècles, de chérir les garçons - et une coutume qui veut que la femme mariée s'installe avec la famille de son mari - est renforcée par une réalité moderne: sans un véritable filet de sécurité sociale en Chine, de nombreux parents craignent d'être livrés à eux-mêmes dans leur vieillesse.

Sun Haiyang, dont le fils a disparu en 2007, a recueilli une liste de 2000 enfants dans et autour de Shenzhen, qui ont disparu au cours des deux dernières années. Il a dit qu'aucun des enfants de sa base de données n'ont été récupérés. "C'est comme de pêcher une aiguille de la mer", a-t-il dit.

M. Peng, qui a commencé un groupe ad hoc pour les parents d'enfants volés, a dit que certaines de ces jeunes filles ont été vendues à des orphelinats. Elles sont les chanceuses qui se retrouvent souvent aux États-Unis ou en Europe, après que les parents adoptifs aient payé des frais aux orphelinats, en moyenne 5000$.

Les malchanceuses, en particulier les enfants plus âgées, qui ne sont pas en demande par les familles, peuvent se retrouver comme prostituées ou des ouvriers inféodés. Certains des enfants qui mendient ou colportent des fleurs dans les grandes villes chinoises sont à l'emploi de bandes criminelles qui les ont enlevées. "Je ne veux même pas parler de ce qui arrive à ces enfants", a déclaré M. Peng, en s'étouffant.

L'indifférence de la police

Ici, à Shenzhen et dans la constellation des villes de manufactures remplies de travailleurs migrants, des familles désespérées disent qu'elles n'obtiennent presqu'aucune aide de la police locale. Dans le cas après cas, ont-elles dit, la police a exigé d'attendre 24 heures avant de prendre une décision, et ont ensuite fait valoir que trop de temps s'était écoulé pour monter une enquête efficace.

Plusieurs parents, grâce à leur propre ruse et à leur persévérance, ont traqué les images des vidéo de surveillance montrant clairement les enlèvements en cours. Pourtant, même cela n'a pas réussi à faire bouger la police, disent-elles. "On m'a dit qu'un visage n'est pas assez, qu'ils ont besoin d'un nom", a dit Xinqian Cai qui a obtenu la cassette vidéo d'un magasin de caméras qui montre une femme éloignant son fils de 4 ans. "Si j'avais un nom, je pourrais le trouver moi-même."

Chen Fengyi, dont le fils de 5 ans été enlevé de l'extérieur de son immeuble à Huizhou, dit qu'elle a appelé la police au moment où elle a réalisé sa disparition. "Ils m'ont dit qu'ils viendraient à l'instant", dit-elle. "Je suis allée dehors pour les attendre et ils ne sont jamais venus."

Quand elle n'est pas en train de fouiller les rues la nuit pour son fils, Mme Chen et son mari vont au poste de police local et tombent sur leurs genoux. "Nous pleurons et les supplions de nous aider, dit-elle, et à chaque fois, ils disent:"Pourquoi êtes-vous si accrochés à ce seul truc?""

Beaucoup de parents prennent eux-mêmes les choses en mains. Ils affichent des tracts dans les lieux où les enfants sont souvent vendus et parcourent le pays pour se tenir devant les jardins d'enfants à leur sortie. Certains qui dirigent des magasins ont transformé leurs vitrines en affichage de personnes disparues. "Nous passons notre vie, à épargner, à emprunter de l'argent, nous allons tout faire pour retrouver nos enfants", a déclaré M. Peng qui possède une entreprise d'appels téléphoniques interurbains à Gongming, non loin de Shenzhen. "Il y a un trou dans nos cœurs qui ne guérira jamais."

La réticence de la police à enquêter sur ces cas a une variété d'explications. Les ravisseurs choisissent souvent les enfants des travailleurs migrants, car ils sont des êtres de passage qui pourraient avoir peur de la police locale et dont les revendications ne sont pas considérés comme hautement prioritaires.

En outre, les policiers de la bureaucratie autoritaire de la Chine sont rarement récompensés pour répondre aux crimes qui touchent les personnes n'ayant pas beaucoup de poids politique. M. Peng dit que la police préfère même ne pas ouvrir d'enquête sur une personne disparue parce que les cas non résolus les font paraître inefficaces, réduisant de leurs primes annuelles.

Il y a des exceptions. Dans un certain nombre de cas très médiatisés, la police a pris des mesures énergiques sur les réseaux de trafic et a rendu les résultats publics. Mais cette aide reste rare, disent les parents.

En passant par Beijing

M. Peng dit que les enlèvements de garçons sont un problème croissant dans lequel seul le gouvernement central peut intervenir. Lui et d'autres ont fait campagne pour la création d'une base de données d'ADN pour les enfants et des lois plus sévères qui pénalisent les personnes qui achètent des enfants volés. "Si le gouvernement peut lancer des satellites et arrêter des espions, ils peuvent trouver la façon de retrouver les enfants volés", a déclaré M. Peng qui permet de lancer un site Web, Baby Come Home.

Chen Shiqu, directeur de Office of Combating Human Trafficking, un organisme gouvernemental de deux ans basé à Beijing, a déclaré que le problème des enfants volés était exagérée. Il dit que contrairement à ce que les parents militent et ce que rapportent les nouvelles, le nombre de cas était en déclin, mais il n'a pas été en mesure de fournir de chiffres pour appuyer cette affirmation. "Disons juste qu'ils sont en baisse de 10 pour cent par an", a-t-il dit. Il a ajouté que si les parents étaient insatisfaits de la réponse policière, ils devraient appeler 110, l'équivalent de 911 en Chine.

Yang Jianchang, un législateur à Shenzhen, a déclaré qu'il avait tenté d'obtenir l'attention du gouvernement central, avec peu de succès. Il y a deux ans, a-t-il dit, un groupe d'hommes d'affaires locaux a essayé de partir une fondation pour suivre les enfants disparus. Mais le gouvernement, qui exige que l'établissement d'organisations privées soit approuvé, n'a pas encore accordé de permission.

En juin dernier, après qu'il ait envoyé un rapport sur ce problème à l'administration centrale et n'ait obtenu aucune réponse, M. Yang a commencé à envoyer au ministère des Affaires civiles environ une copie chaque mois. "Je ne comprends pas pourquoi personne ne s'occupe de ce problème", a-t-il dit. "Nous avons besoin de quelqu'un dans le gouvernement central qui lutte pour les droits du peuple, de quelqu'un qui a un sens de la morale."

Pour les parents d'enfants disparus, le chagrin et la frustration se sont transformées en colère. En septembre dernier, environ 40 familles se sont rendues à la capitale pour attirer l'attention sur le sort des enfants enlevés. Ils ont organisé une brève protestation au siège de la chaîne de télévision nationale, mais en quelques minutes, des dizaines de policiers sont arrivés pour les éloigner.

"Ils nous ont traîné par les cheveux et nous ont dit:" Comment osez-vous questionner le gouvernement", a déclaré Peng Dongying qui a perdu son fils de 4 ans. Je me hais pour la disparition de mon enfant, mais je hais plus la société de ne s'en soucier. Nous avons tous en commun cette douleur et nous allons tout faire pour retrouver nos enfants."

Le remords de l'acheteur

Dans Anxi, un comté verdoyant en Fujian où on croit que certains des garçons volés de Shenzhen sont vendus, les gens se concentrent plus sur la douleur des familles sans fils.

Zhen Zibao, un commerçant dans le Kuidou, a déclaré que l'achat d'un fils était largement accepté et que les enfants volés pouvaient être trouvés dans la plupart des villes et des villages. Elle et les autres résidents ont constaté que quand une fille se mariait et déménageait à la maison de son mari, ça laissait souvent ses parents sans personne pour leur vieillesse. Ensuite, il y a la dot, une charge financière qui incombe à la famille de la mariée.

"Si vous ne disposez que de filles, vous ne vous sentez pas bien à l'intérieur", a déclaré Mme Zhen, qui a un fils de 11 ans. "Vous avec l'impression que votre statut est plus faible que celui des autres."

Bien que de nombreux Chinois chérissent toujours les héritiers mâles, le Parti communiste a largement réussi à atténuer les anciennes attitudes à l'égard du sexe. Dans les grandes villes, où des familles à enfant unique sont devenues la norme, de nombreux parents se disent heureux d'avoir une fille et pas de fils.

Pourtant, dans de nombreuses zones rurales, y compris Anxi County, un résident dont le premier enfant est une fille est autorisée à avoir un deuxième. Le fait d'avoir un troisième enfant, toutefois, peut entraîner des amendes raide aussi élevé que 5800 $ et d'autres sanctions, notamment la perte d'un soutien de l'emploi.

Pourtant, dans de nombreuses zones rurales, y compris le compté d'Anxi, un résident dont le premier enfant est une fille est autorisé à avoir un deuxième. Le fait d'avoir un troisième enfant, toutefois, peut entraîner des amendes exhorbitantes aussi élevées que 5800$ et d'autres sanctions, notamment la perte d'emploi du soutien de famille.

Un garçon, en revanche, peut souvent être acheté pour la moitié de ce montant, et les autorités peuvent fermer les yeux si l'enfant n'a pas besoin d'être enregistré comme une nouvelle naissance dans le lieu.

Dans certains cas, les responsables locaux peuvent même encourager les gens désespérés pour un fils d'en acheter un. Après la mort de son fils de 3 mois, a déclaré Zhou Xiuqin, l'officiel de la planification familiale du village s'est rendu à son domicile et a essayé de les réconforter elle et son mari qui avait été obligé de faire une vasectomie après la naissance de l'enfant, leur deuxième enfant. "Il dit, "Ne pleure pas, arrête de pleurer, vous pouvez toujours en acheter un autre", se rappelle Mme Zhou.

Mme Zhou et son mari, M. Su, cultivateur de thé, étaient toujours en deuil, en octobre 2007, quand ils ont repéré un enfant dans un temple bouddhiste de leur village, Dailai, un pittoresque village de 800 habitants niché dans le pli de montagnes escarpées . "Le garçon était en train de manger des bonbons comme s'il avait faim", se rappelle M. Su. "Tout ce qu'il portait était trop petit pour lui."

Un homme qui était avec le garçon a prétendu être son père. Il a dit qu'il était d'une ville voisine et avait trois fils, mais qu'il avait besoin d'argent pour prendre soin de sa femme malade à l'hôpital. "Je lui ai demandé combien", a déclaré M. Su, un homme sérieux qui travaille de longues heures dans une usine textile lorsqu'il n'est pas en train de s'occuper de sa plantation de thé.

Après une rapide négociation, le prix a chuté à partir de 4100$ à 3500$, et quelques heures plus tard, après avoir emprunté de l'argent auprès de ses amis et des membres de sa famille, ils ont emmené le garçon à la maison. Ils l'ont nommé Jiabao, qui signifie "le garant de la famille".

Leur amour pour leur nouveau fils était sans borne. Ils lui ont acheté de nouveaux vêtements et à ils ont fait quitter l'école à leur fille pour prendre soin de lui. Ils n'ont beaucoup pensé au fait que Jiabao ne comprenait pas le dialecte parlé dans cette partie du Fujian et semblait indifférente à la cuisine locale. M. Su a insisté qu'il n'avait jamais imaginé que le jeune garçon avait été volé.

En août dernier, M. Su a appris la vérité après que la police dans la province du Sichuan ait arrêté l'homme qui leur avait vendu l'enfant. L'homme, qui fait partie d'un réseau de sept personnes qui ont enlevé 11 enfants, a vendu quatre d'entre eux aux familles de leur commune. L'homme, selon la police, a depuis été condamnés à 12 ans de peine.

Au moment où le couple rentrait du travail le jour où ils ont appris les nouvelles, leur fils et les trois autres enfants volés dans leur village avaient déjà été emmenés par la police. Le couple a été inconsolable. "On nous a aussi menti, nous avons été floués", a dit M. Su alors que les larmes montaient aux yeux de sa femme.

Il y avait, cependant, une petite consolation. Un sympathique policier dans le Sichuan, la province où le garçon a été volé, a aidé à les mettre en contact avec ses parents biologiques. Les deux couples ont depuis été en contact fréquent; M. Su a dit que les vrais parents ne gardaient pas de rancune, reconnaissant que la famille avait pris bien soin de leur fils.

Le père était si reconnaissant, il a dit M. Su qu'il chercherait des familles locales ayant deux fils, mais trop pauvres pour s'occuper d'eux. "Il a dit que de cette façon, je n'ai plus besoin de traiter avec les trafiquants d'enfants ", a dit M. Su.

Chinese Hunger for Sons Fuels Boys’ Abductions


SHENZHEN, China — The thieves often strike at dusk, when children are playing outside and their parents are distracted by exhaustion.

Deng Huidong lost her 9-month-old son in the blink of an eye as a man yanked him from the grip of his 7-year-old sister near the doorway of their home. The car did not even stop as a pair of arms reached out the window and grabbed the boy.
Sun Zuo, a gregarious 3 1/2-year-old, was lured off by someone with a slice of mango and a toy car, an abduction that was captured by police surveillance cameras.
Peng Gaofeng was busy with customers when a man snatched his 4-year-old son from the plaza in front of his shop as throngs of factory workers enjoyed a spring evening. “I turned away for a minute, and when I called out for him he was gone,” Mr. Peng said.
These and thousands of other children stolen from the teeming industrial hubs of China’s Pearl River Delta have never been recovered by their parents or by the police. But anecdotal evidence suggests the children do not travel far. Although some are sold to buyers in Singapore, Malaysia and Vietnam, most of the boys are purchased domestically by families desperate for a male heir, parents of abducted children and some law enforcement officials who have investigated the matter say.
The demand is especially strong in rural areas of south China, where a tradition of favoring boys over girls and the country’s strict family planning policies have turned the sale of stolen children into a thriving business.
Su Qingcai, a tea farmer from the mountainous coast of Fujian Province, explained why he spent $3,500 last year on a 5-year-old boy. “A girl is just not as good as a son,” said Mr. Su, 38, who has a 14-year-old daughter but whose biological son died at 3 months. “It doesn’t matter how much money you have. If you don’t have a son, you are not as good as other people who have one.”
The centuries-old tradition of cherishing boys — and a custom that dictates that a married woman moves in with her husband’s family — is reinforced by a modern reality: Without a real social safety net in China, many parents fear they will be left to fend for themselves in old age.
The extent of the problem is a matter of dispute. The Chinese government insists there are fewer than 2,500 cases of human trafficking each year, a figure that includes both women and children. But advocates for abducted children say there may be hundreds of thousands.
Sun Haiyang, whose son disappeared in 2007, has collected a list of 2,000 children in and around Shenzhen who have disappeared in the past two years. He said none of the children in his database had been recovered. “It’s like fishing a needle out of the sea,” he said.
Mr. Peng, who started an ad hoc group for parents of stolen children, said some of the girls were sold to orphanages. They are the lucky ones who often end up in the United States or Europe after adoptive parents pay fees to orphanages that average $5,000.

The unlucky ones, especially older children, who are not in demand by families, can end up as prostitutes or indentured laborers. Some of the children begging or hawking flowers in major Chinese cities are in the employ of criminal gangs that abducted them. “I don’t even want to talk about what happens to these children,” Mr. Peng said, choking up.

Police Indifference
Here in Shenzhen and the constellation of manufacturing towns packed with migrant workers, desperate families say they get almost no help from the local police. In case after case, they said, the police insisted on waiting 24 hours before taking action, and then claimed that too much time had passed to mount an effective investigation.
Several parents, through their own guile and persistence, have tracked down surveillance video images that clearly show the kidnappings in progress. Yet even that can fail to move the police, they say. “They told me a face isn’t enough, that they need a name,” said Cai Xinqian, who obtained tape from a store camera that showed a woman leading his 4-year-old away. “If I had a name, I could find him myself.”
Chen Fengyi, whose 5-year-old son was snatched from outside her apartment building in Huizhou, said she called the police the moment she realized he was missing. “They told me they would come right over,” she said. “I went outside to wait for them and they never came.”
When she is not scouring the streets at night for her son, Ms. Chen and her husband go to the local police station and fall to their knees. “We cry and beg them to help,” she said, “and every time they say, ‘Why are you so hung up on this one thing?’ ”
Many parents take matters into their own hands. They post fliers in places where children are often sold and travel the country to stand in front of kindergartens as they let out. A few who run shops have turned their storefronts into missing person displays. “We spend our life savings, we borrow money, we will do anything to find our children,” said Mr. Peng, who owns a long-distance phone call business in Gongming, not far from Shenzhen. “There is a hole in our hearts that will never heal.”
The reluctance of the police to investigate such cases has a variety of explanations. Kidnappers often single out the children of migrant workers because they are transients who may fear the local police and whose grievances are not treated as high priorities.
Moreover, the police in China’s authoritarian bureaucracy are rarely rewarded for responding to crimes affecting people who do not have much political clout. Mr. Peng said the police preferred not to even open a missing person’s inquiry because unsolved cases made them appear inefficient, reducing their annual bonuses.
There are exceptions. In a number of high-profile cases, the police have cracked down on trafficking rings and publicized the results. But such help remains rare, parents say.
Turning to Beijing
Mr. Peng says that boys’ abductions are a growing problem that only the central government can address. He and others have been agitating for the establishment of a DNA database for children and stronger antitrafficking laws that would penalize people who buy stolen children. “If the government can launch satellites and catch spies, they can figure out how to find stolen children,” said Mr. Peng, who helps run a Web site called Baby Come Home.
Chen Shiqu, the director of the Office of Combating Human Trafficking, a two-year-old government agency based in Beijing, said the problem of stolen children was exaggerated. He said that, contrary to parent advocates and some news reports, the number of cases was on the decline, although he was unable to provide figures to back up that assertion. “Just say they are dropping by 10 percent a year,” he said. He added that if parents were unsatisfied with the police response, they should call 110, China’s equivalent of 911.
Yang Jianchang, a legislator in Shenzhen, said he had been trying to get the central government’s attention, with little success. Two years ago, he said, a group of local businessmen tried to start a foundation to track missing children. But the government, which requires that the establishment of private organizations be approved, has yet to grant them permission.
Last June, after he sent a report on the issue to the central government and got no response, Mr. Yang started sending the Ministry of Civil Affairs a copy every month or so. “I just don’t understand why no one is paying attention to this problem,” he said. “We need someone in the central government who will fight for the rights of the people, someone who has a conscience.”
For the parents of missing children, the heartbreak and the frustration have turned into anger. Last September, about 40 families traveled to the capital to call attention to the plight of abducted children. They staged a brief protest at the headquarters of the national television broadcaster, but within minutes, dozens of police officers arrived to haul them away.
“They dragged us by our hair and said, ‘How dare you question the government,’ ” said Peng Dongying, who lost her 4-year-old son. “I hate myself for my child’s disappearance, but I hate society more for not caring. All of us have this pain in common, and we will do anything to get back our children.”
Buyers’ Remorse
In Anxi, a verdant county in Fujian where some of Shenzhen’s stolen boys are thought to have been sold, people focus more on the pain of the families without sons.
Zhen Zibao, a shopkeeper in the Kuidou, said that buying a son was widely accepted and that stolen children could be found in most towns and villages. She and other residents noted that when a daughter married and moved to her husband’s home, it often left her parents without a caretaker in old age. Then there is the dowry, a financial burden that falls to the family of a bride.
“If you have only girls, you don’t feel right inside,” said Ms. Zhen, who has one child, an 11-year-old son. “You feel your status is lower than everyone else.”
Although many Chinese still cherish male heirs, the Communist Party has largely succeeded in easing age-old attitudes about gender. In major cities, where one-child families have become the norm, many parents say they are happy to have a daughter and no son.
Still, in many rural areas, including Anxi County, a resident whose first child is a daughter is allowed to have a second. Having a third child, however, can mean steep fines as high as $5,800 and other penalties that include the loss of a breadwinner’s job.
A boy, by contrast, can often be bought for half that amount, and authorities may turn a blind eye if the child does not need to be registered as a new birth in the locale.
In some cases, local officials may even encourage people desperate for a son to buy one. After their 3-month-old son died, Zhou Xiuqin said, the village family planning official went to her home and tried to comfort her and her husband, who was compelled to have a vasectomy after the birth of the boy, their second child. “He said, ‘Don’t cry, stop crying, you can always buy another one,’ ” Ms. Zhou recalled.
Ms. Zhou and her husband, Mr. Su, the tea farmer, were still in mourning in October 2007 when they spotted a child at a Buddhist temple in their village, Dailai, a picturesque hamlet of 800 people nestled in the fold of steep mountains. “The boy was eating candy like he was hungry,” Mr. Su recalled. “Everything he was wearing was too small for him.”
A man with the boy claimed to be his father. He said that he was from a nearby town and had three sons, but that he needed money to take his ill wife to the hospital. “I asked how much,” said Mr. Su, an earnest man who works long hours in a clothing factory when he is not tending his tea plants.
After some quick bargaining, the price was dropped to $3,500 from $4,100, and a few hours later, after borrowing money from friends and family members, they took the boy home. They named him Jiabao, which means “guarantor of the family.”
Their love for their new son was boundless. They bought him new clothing and had their daughter drop out of middle school to take care of him. They did not think much of the fact that Jiabao did not understand the dialect spoken in that part of Fujian and seemed indifferent to the local cuisine. Mr. Su insisted that he never imagined that the boy had been stolen.
Last August, Mr. Su learned the truth after the police in Sichuan Province arrested the man who had sold them the child. The man, part of a ring of seven people who had abducted 11 children, had sold four of them to families in their township. The man, according to the police, has since been given a 12-year sentence.
By the time the couple got home from work the day they got the news, their son and the three other stolen children in their village had already been taken away by the police. The couple was inconsolable. “We were lied to, we were swindled,” Mr. Su said as his wife’s eyes welled up.
There was, however, a small consolation. A sympathetic policeman in Sichuan, the province where the boy was stolen, helped put them in touch with his birth parents. The two couples have since been in frequent contact; Mr. Su said the real parents held no grudge, acknowledging that the family had cared for their son well.
The father was so grateful, he told Mr. Su he would be on the lookout for local families who had two sons but were too poor to care for them. “He said that way I don’t need to deal with child traffickers anymore,” Mr. Su said.

Autre article:

Chine, le pays des enfants volés (Libération.fr, 7 mai 2009)

Bébés iraquiens à vendre

La corruption, la faible application de la loi et les frontières poreuses combinées ensemble crée une crise croissante de trafic d'enfants en Irak, avec des dizaines d'enfants enlevés chaque année et vendus à l'intérieur ou à l'étranger.

Des bandes criminelles profitent du faible coût d'achat d'enfants et de la confusion bureaucratique qui le rend relativement facile à les déplacer à l'étrager. Des chiffres précis sont difficiles à obtenir, car il n'existe pas de procédure de comptage centralisé, mais les organismes d'aide et de la police disent croire le nombre a augmenté d'un tiers depuis 2005, à au moins 150 enfants par an.

Un haut gradé de la police a dit qu'au moins 15 enfants irakiens ont été vendus chaque mois, certains l'étranger, certains à l'interne, certains pour l'adoption, certains pour des abus sexuels. Les fonctionnaires croient qu'au moins 12 gangs opèrent en Irak, en offrant entre 200£ et 4,000£ pour chaque enfant, en fonction de son origine et de sa santé. Les principaux pays auxquels ils sont vendus sont la Jordanie, la Turquie, la Syrie et certains pays européens dont la Suisse, l'Irlande, le Royaume-Uni, le Portugal et la Suède.

Pour détails, lire l'article suivant publié dans The Guardian, 6 avril 2009.

Iraqi babies for sale: people trafficking crisis grows as gangs exploit poor families and corrupt system

• At least 150 children a year sold for £200 to £4,000
• Some bartered youngsters become sex abuse victims

Afif Sarhan in Baghdad

The Guardian, Monday 6 April 2009

Corruption, weak law enforcement and porous borders are compounding a growing child trafficking crisis in Iraq, according to officials and aid agencies, with scores of children abducted each year and sold internally or abroad.

Criminal gangs are profiting from the cheap cost of buying infants and the bureaucratic muddle that makes it relatively easy to move them overseas. Accurate figures are difficult to obtain because there is no centralised counting procedure, but aid agencies and police say they believe numbers have increased by a third since 2005 to at least 150 children a year.

One senior police officer said at least 15 Iraqi children were sold every month, some overseas, some internally, some for adoption, some for sexual abuse. Officials believe at least 12 gangs are operating in Iraq, offering between £200 and £4,000 per child, depending on its background and health. The main countries in which they are sold are Jordan, Turkey, Syria and some European countries including Switzerland, Ireland, the UK, Portugal and Sweden.

According to Colonel Firaz Abdallah, part of the investigation department of the Iraqi police, gangs use intermediaries who pretend to be working for non-governmental organisations. During negotiations with the families, members of the trafficking gangs prepare the paperwork: birth certificates, change of names and the addition of the child to the passport of the intermediary or any other person who is paid to take the child outside, usually to Syria and Jordan and from there, to Europe or other Middle East countries.

"The corruption in many departments of the government makes our job complicated [because] when those children come to the airport or the border, everything looks correct and it is hard for us to keep them inside the country without significant evidence that the child is being trafficked," Abdallah said.

"A couple of weeks ago we caught a couple with a six-month-old baby leaving by car from the Iraqi border to Jordan. One of our police officers found the age difference between the couple strange and asked our office to check. After arresting them we found out that the girl was sold by her parents and was going to be taken to Amman, then after that, to Ireland where a family had already paid for the baby."

One dealer, who asked to be called Abu Hamizi, said child trafficking from Iraq was cheaper and easier than elsewhere, given the readiness of underpaid government employees to help with the falsification of documents.

"Before we try to negotiate with any family we study their living conditions, their debts, the goods they own, and when we feel that the relatives are suffering with unemployment and cannot feed their children, we make our approach that in most of the time is welcomed as we are seen as aid workers," he said.

"During the period of investigations, we present ourselves as employees of a local NGO and offer some food and clothes. After we get their trust, we make our offer that varies according to what we have found out. If the family is really poor they can accept very low deals but sometimes with more literate ones, prices are higher.

"We prefer babies but sometimes families request children from one to four years old but they are rare cases."
The traffickers said they would check up occasionally to ensure the child was doing well. But Abu Hamizi said he once heard from a colleague that one of babies sold last year was used for organ transplants in the Middle East.

Though Abu Hamizi insists that "client" families were well-treated, a 2007 report by the NGO Heartland Alliance found that traffickers employed the threat or use of force, coercion, abduction, fraud, deception, abuse of power or vulnerability, or giving payments or benefits to a person in control of the victim.

Sarah Taminn, 38, a widow and mother of five from Babel, said she had already sold children aged four and two in the past year. She had no regrets despite receiving less money than promised by the dealer.

"People might see me as a monster but if they know how hard it is to live in a displacement camp, without a job, support or husband, they might change their idea," she said. "I did anything possible to keep them with me but I lost my husband while I was pregnant with my fifth child and life became too hard. I love all my children. I know that the families who adopted them will give a good life, food and education that I would never give."

Aid workers say very little is being done to overcome the problem. "Reports of trafficking are increasing because people are much more aware now and they feel confident enough to talk about this child rights violation," said Fatuma Ibrahim, chief child protection officer of Unicef from the Iraq Support Centre in Amman. "Of course, Unicef is very concerned about these reports and we are working with the Ministry of Labour and Social Services to follow up on reports of alleged 'adoptions'."

Aid agencies are warning parents that many children are used as sexual workers or sold to paedophiles. "We tried to approach many of these families to alert them about what can happen with their kids but we have been threatened and two aid workers were killed after they tried to prevent a child negotiation," said one aid worker, Ahmed Sami.

21 avr. 2009

Nouveau site: Adoption Angels Network

Réseau mis en œuvre par des adoptés de différentes parties du monde pour chercher les familles séparées par l'adoption.

http://www.adoptionangelsnetwork.com

Une femme se présente à la cour pour récupérer ses petits-enfants

Mumbai: Kisabai Lokhande, une femme analphabète de 66 ans de Satara, a déposé une demande à la Cour supérieur de Bombay pour récupérer ses deux petites-filles de 14 ans et 9 ans, qui seraient maintenant avec leurs parents adoptifs en Espagne.

La demande déposée déclare que l'adoption internationale est une affaire lucrative et que les agences internationales financent des voyages gratuits à l'étranger offerts aux agences d'adoption privées travaillant de connivence avec les autorités gouvernementales. Le shopping de bébés implique un grand business avec des transactions allant jusqu'à 5 lakh Rs, allègue la demande, et les documents sont facilement falsifiés pour de l'argent.

Lokhande avait entamé la recherche de ses petits-enfants l'année dernière, même si elles avaient été adoptées en 2005. (Voir blog Children snatched & stolen, racket is called adoption, section "kidnappés à Satara)

Comme dernier recours, elle a demandé formellement que la Cour Supérieure enregistre les plaintes contre Child Welfare Committee (CWC), Central Adoption Resource Centre (CARA), l'ONG espagnole Niños-Sin-Fronteras, et Preet Mandir, une agence d'adoption basée à Pune, pour diverses infractions, dont enlèvement d'enfants, fraude, utilisation de faux documents et déclaration illégale d'un enfant de moins de 12 ans comme étant abandonnée.

Plus de détails dans les articles suivants, parus le 11 avril 2009:

'Lost' grandkids in Spain, vendor moves court paru dans DNA

Mumbai: Kisabai Lokhande, an illiterate vegetable vendor from Karad, wants her two granddaughters, who went "missing" from a children's remand home in Satara, to come back home.

Lokhande, 66, has filed a petition in the Bombay High Court seeking the court's intervention to get back her 14-year-old and nine-year-old granddaughters, who now reportedly stay with their adoptive parents in Spain. Lokhande has sought a probe against the Child Welfare Committee (CWC), the Central Adoption Resource Centre (CARA), a Spanish NGO and Preet Mandir, a Pune-based private adoption agency, for illegally declaring the two girls as "destitute" and executing the inter-country adoption without their guardian's consent.

The petition hints at an international adoption racket wherein various agencies connive to have children declared as destitute and adoption agencies receive monetary considerations in the guise of donations for processing international adoptions.

The two girls were placed in a remand home after their mother disappeared and father died in 2004. The CWC then placed the girls, aged five and 10 then, at a Satara home for rehabilitation and Lokhande visited them four times.

In September 2004, the adoption agency issued a notice in a newspaper inviting objections before declaring the girls as abandoned and destitute. The children were admitted by the Satara CWC to Preet Mandir.

In December 2004, the CWC declared them destitute and, by September 2005 they had a new home in Spain. "In spite of Lokhande's residential address being available with the CWC, it declared the girls as destitute," her lawyer Pradeep Havnur stated.
Lokhande learnt about the adoption only in 2007.

"The law is broken with impunity since the money in trade of children is that a single child carries price tag of Rs5 lakh to Rs25 lakh," the petition said.

Woman moves HC to get back grandkids (Times of India)

MUMBAI: Kisabai Lokhande, a 66-year-old illiterate woman from a Satara slum has filed a habeas corpus petition in the Bombay high court to get
back her two granddaughters who were given in an inter-country adoption and sent to Spain.

The issue which highlights the need for greater check in processing eligibility for adoptions, is that the agency had claimed that the two minor girls were abandoned and no consent was required from family members.

Lokhande had initiated a search for her grandchildren last year although they had been adopted in 2005. She moved court as the last resort, wanting the HC to direct the DGP and the local cops to register complaints for various offences including kidnapping, cheating, using forged documents and illegally declaring a child under 12 as being abandoned-an offence attracting up to seven years in jail.

She had complained to the police this January but to no avail, her lawyer Pradeep Havnur said. He added, "She is aggrieved at the police apathy in not registering an FIR against the accused, including Preet Mandir, an adoption agency
in Pune. The agency allegedly colluded with the Satara Child Welfare Committee to declare the girls as destitute."

The petition said inter-country adoption is a lucrative business and private adoption agencies working in collusion with government authorities are offered free foreign travel sponsored by international adoption agencies.

Lokhande said with the help of a local NGO, she learnt that her granddaughters had been identified by a Spanish Adoption Agency Ninos-Sin-Fronteras (Children without Frontiers), who worked in tandem with agencies in Satara, Centre Adoption Resource Agency (CARA) and Preet Mandir.

Baby-shopping means big business with transactions going up to Rs 5 lakh, the petition alleged, and reports are easily doctored for a price.

14 avr. 2009

11 avr. 2009

Les cas de trafic d'enfants pour adoptions.

Pour une liste plus complète des cas de trafic d'enfants dans le cadre des adoptions internationales, voir Child trafficking cases list, sur le site Pound Pup Legacy.

Une agence d'adoption minnésotaine au Libéria est sous enquête

Le gouvernement du Libéria a enlevé 35 enfants d'une agence d'adoption dans ce pays gérée par une organisation minnésotaine à but non lucratif, et envisage d'autres mesures contre elle.

Un fonctionnaire du gouvernement libérien a déclaré que le retrait des enfants du West African Children Support Network (WACSN), le 25 mars, faisait partie d'une enquête en cours de l'agence d'adoption fondée par la libérienne Maria Luyken, d'Eden Prairie.

En janvier, le Libéria a ordonné la suspension de toutes les adoptions internationales et a annoncé qu'elle enquêtait sur WACSN Wisconsin et une agence d'adoption basée au Wisconsin pour s'assurer que les enfants étaient pris en charge correctement et que les lois d'adoption ont été suivies. ( Liberia halts adoptions by Eden Prairie agency)

Les adoptions internationales au Libéria ont fleuri depuis que la guerre civile a pris fin après 13 ans en 2003, mais le pays a dû faire face à la critique internationale pour le trafic d'enfants et des adoptions frauduleuses. Le Canada a stoppé toutes les adoptions en provenance du Libéria l'année dernière en raison de ces préoccupations. Les adoptions aux États-Unis ont continué, avec plus de 1100 approbations sur cinq ans.

Détails dans l'article suivant publié dans StarTribune, le 10 avril 2009

Minnesota-run adoption agency in Liberia investigated

Liberian officials removed 35 children from a Minnesota-run nonprofit as part of an ongoing inquiry into child trafficking.

By DAVID SHAFFER, Star Tribune.

The government of Liberia has removed 35 children from an adoption agency in that country operated by a Minnesota nonprofit and is considering further action against the organization.

The removal of the children from the West African Children Support Network (WACSN) on March 25 was part of an ongoing investigation of the adoption agency founded by Liberian-born Maria Luyken of Eden Prairie, a Liberian government official said.

Liberia ordered all international adoptions suspended in January and announced it was investigating WACSN and a Wisconsin-based adoption agency to ensure that the children were cared for properly and adoption laws were followed.

Joseph Geebro, Liberia's deputy minister for social welfare, said in a telephone interview Thursday that the government is drafting a letter to Luyken stating its objections to her operation. He said the investigation of WACSN is continuing, and he would not discuss details.

Susan Grant, director of Save the Children UK in Liberia, which has assisted the social welfare ministry, said in an e-mail that 35 children ages 1 to 14 were removed from WACSN's compound in Monrovia, the nation's capital, and taken to another center for care.

International adoptions from Liberia had been growing since the county ended its civil war in 2003. International groups have criticized the country's adoption process and raised an alarm about child trafficking. Canada has halted adoptions from Liberia, but 249 Liberian children were adopted in the United States last year. The U.S. Embassy in Liberia continues to accept adoption-related orphan visa applications from U.S. citizens, but no orphan visas are being issued while Liberia has a moratorium on adoptions, according to the State Department.

WACSN is a Minnesota nonprofit, according to federal tax records, and has been one of the leading U.S. adoption agencies in Liberia. It is not licensed as an adoption agency in Minnesota. Under state rules, organizations that arrange international adoptions are not necessarily required to have a state license.

Grant said it is believed that WACSN recruited children through another orphanage and transferred them to its Monrovia compound. "The family tracing and reunification process has begun," Grant said of the 35 children.

Liberia's President Ellen Johnson Sirleaf, who is speaking today in Minneapolis, said in January that gross mismanagement, extortion and abuse existed in the country's international adoption system, and that many children in orphanages are not orphans, but children taken from living parents on the promise of support or a new life in America. The government has proposed new adoption laws.

In January, the government removed 32 children from Acres of Hope, a Madison, Wis.-based adoption agency that also operates an orphanage in Liberia. The children were returned a few weeks later to the Acres of Hope orphanage, said Dave Reto, officer manager in Madison, Wis., who described the incident as a misunderstanding.

WACSN officials could not be reached for comment, but one of its supporters recently returned from Liberia and blogged in the agency's defense at dekkenga.wordpress.com.

"If you were to read the papers and listen to the news from Monrovia, you would only hear the awful lies about WACSN and Maria. Our hope is to be a voice to help people see the truth," wrote Seth Dekkenga of Sioux Falls, S.D., who with his wife is seeking to adopt a Liberian child.

David Shaffer • 612-673-7090

Les victimes d'escroquerire visiteront les Samoa accidentales cet été

Traduit de l'article, Victims of scam will visit Western Samoa in summer, publié dans fdlreporter.com le 6 avril 2009.

Le père biologique d'une fille samoane adoptée par Patti Sawyer du Fond du Lac, a récemment entendu la voix de sa fille pour la première fois en près de cinq ans.
Avec des larmes coulant sur son visage, Upega Isaia, 59 ans, de Tufulele, Samoa occidentales, a dit à Jayden Sawyer âgée de 9 ans, lors d'un appel téléphonique aux États-Unis, le 22 mars: "Je t'aime".

L'appel téléphonique a été organisé par Samoa Victim Support Group (Groupe d'aide aux victimes de Samoa), selon le Samoa Observer, le journal qui a couvert l'histoire. Melei Isaia, Jayden la mère biologique, n'a pas pu être présente lors de l'appel à cause d'une maladie.

Jayden est la plus jeune des huit enfants d'Isaias et a été adoptée par Sawyer en 2004. L'histoire de la jeune fille a fait l'actualité nationale et a été présenté à "Good Morning America", lorsque, plus tôt cette année, un juge fédéral a condamné les membres de l'agence d'adoption, Focus on children, des crimes impliquant des adoptions frauduleuses.

L'agence a dit aux familles samoanes que les enfants seraient éduqués en Amérique, correspondraient par e-mails et des appels téléphoniques, retourneraient les visiter , et rentreraient pour de bon quand ils auraient atteint 18 ans. Les familles adoptives aux Etats-Unis - Sawyer, entre autres - n'étaient pas au courant de la supercherie.

Un total de 37 enfants ont été placés dans des familles.

Le gouvernement samoan a depuis considéré les adoptions légales, et le juge américain a ordonné les condamnés à mettre en place un fonds d'affectation spéciale pour aider les enfants des Samoa à rester en contact avec leurs familles d'origine.

Sawyer a dit qu'elle est allée un peu plus loin en étant la seule parente adoptive à ce jour à organiser une visite entre Jayden et sa famille biologique.

Sawyer et ses trois enfants partiront pour les Samoa occidentales le 28 juillet, accompagnés par une équipe de tournage de "Good Morning America". Cette visite coïncidera avec la célébration du 60e anniversaire d'Upega Isaia.

"Je ne sais pas encore comment nous allons payer, mais je vais prendre un crédit sur ma maison s'il le faut", a déclaré Sawyer, ajoutant que les Samoans occidentaux attendent la visite de Jayden.

Une femme d'Appleton s'était présentée et avait offert de payer les billets d'avion de famille Sawyer, qui totalisent environ 7000$, ainsi que des frais de voyage, mais depuis lors, n'a pas été en mesure de s'engager dans le financement, a déclaré Sawyer.
(Hors traduction: pour détails, voir don d'air miles pour aider Jayden).

Malgré ce revers, le projet ira de l'avant, surtout maintenant que Jayden a parlé avec son père, a dit Sawyer.

"Les parents de Jayden comprennent la situation, et ils sont ravis de faire partie de sa vie, mais ils réalisent qu'elle est adoptée en Amérique", a déclaré Sawyer, qui a été interviewée récemment par le magazine People. "C'est pourquoi il est si important pour moi de la faire aller là-bas pour passer du temps avec eux. Ils sont tous des victimes innocente et ne méritent pas de perdre un enfant."

Isaia a expliqué dans un interview avec Samoa Observer, que Jayden les a quittés quand elle avait 4 ans. Parce qu'elle était la plus jeune de leurs huit enfants, ils ont estimé que le fait de la donner en adoption lui permettrait d'avoir un bon avenir.

Même après avoir pris connaissance des fraudes de Focus on Children, Isaia a dit qu'il n'était pas inquiet "...parce que nous savions qu'elle était entre de bonnes mains." Au fil des ans, la famille a prié Dieu de "guider et de protéger Jayden."

"Je remercie Dieu que nos prières soient répondues", a déclaré Isaia.

Pour Jayden, la conversation a été douce-amère.

"Je pense qu'elle sentait en quelque sorte devoir choisir la personne avec qui vivre. Je lui ai dit que ce n'est pas son choix - qu'elle va vivre ici, mais que nous allons visiter ses parents," a dit Sawyer.

9 avr. 2009

Une maman déportée veut amener ses enfants en Inde des États-Unis

Mis à jour des nouvelles de Jennifer Haynes.

Traduiction de l'article, Deported mom wants to bring her children to India from US, paru dans DNA, le 3 avril 2009.

Mumbai: Peu de choses ont changé pour Jennifer Haynes, 27 ans, dans les neuf mois qui où elle a vécu à Mumbai. Mais la seule chose qu'elle veut vraiment, c'est ses enfants. En juillet l'année dernière, Haynes a été déportée en Inde Americans for International Aid and Adoption (AIAA) avait laissé les formalités de citoyenneté incomplètes au moment de son adoption en 1989, selon ses allégations.

Jennifer, qui est mis en place dans un foyer pour femmes à Chembur, a dit qu'elle n'a pas fait grand chose de la journée. "J'essaie d'obtenir un emploi dans un centre d'appel, car je parle très bien anglais, mais je n'ai pas de documents pour prouver qui je suis", a déclaré Haynes à ADN.

Elle a dit qu'elle voulait travailler et gagner de l'argent pour être en mesure de louer sa propre place pour qu'elle puisse amener ses enfants - Kadafi, 5 ans, et Kanassa, 4 - en Inde, jusqu'à ce que son chemin pour retourner aux États-Unis soit ouvert.

"Ma famille m'envoie de l'argent des États-Unis, mais ce n'est pas beaucoup", a dit Haynes. Elle a dit que le seul travail qu'on lui avait offert était celui d'une bonne de maison. "Je ne veux pas le faire parce que je suis assez intruiste pour obtenir un meilleur emploi."

Né à Mumbai, Haynes a été adopté par des ressortissants américains, Edward et Melissa Hancox, et s'est envolée vers les États-Unis en novembre 1989. Toutefois, elle a affirmé qu'elle a été abusée sexuellement dans sa première famille d'accueil en Géorgie et a passé par 50 différents foyers, dans beaucoup desquels, elle a continué à être maltraitée.

Haynes a été condamnée en 2001 et 2004 pour la possession illégale de cocaïne par le ministère de la justice des États-Unis. Cependant, le conseil d'appel en matière d'immigration l'a déportée en Inde en 2008 affirmant que ses formalités de citoyenneté ont été laissées inachevées au moment de son adoption. "Il y a tant de fois que je veux juste m'effondre, mais je prends une journée à la fois, en espérant que voir mes enfants bientôt." a dit Haynes.

Mis à jour, 12 juillet 2009.

Jennifer Haynes a fermement critiqué un affidavit déposé par Jagannath Pati, directeur adjoint de Central Adoption Resources Authority (Cara). Déclarant l'affidavit déposé par Pati "d'évasif", Haynes a déclaré que Americans for International Aid and Adoption (AIAA) et Clarice D'souza du Kuan Yin Trust de Mumbai n'ont pas respecté leur engagement donné à la cour pour sa relocalisation aux États-Unis. Elle a exhorté le tribunal à engager un procès contre les deux agences. Pour détails, lire Haynes lashes out at Cara

8 avr. 2009

Exploration des liens entre les adoptions passées et le suicide

Traduit de l'article, Exploring links between past adoptions and suicide

Les histoires de dépressions et de pensées suicidaires étaient fréquentes chez les personnes adoptées et les parents de naissance qui participaient aux recherches menées par une travailleuse sociale enseignante de l'Université James Cook, Dr Susan Gair.

Les recherches portaient sur la collecte des données empiriques par des entrevues avec les parents de naissance, les adoptés et les parents adoptifs.

Dr Gair a déclaré que ses recherches montraient que les processus des adoptions passées n'étaient pas idéaux et que les récentes réformes iront très loin pour améliorer les futures situations d'adoptions.

"En février, The Adoption Bill 2009 (Le Projet loin d'adoption 2009) a été introduit au Parlement du Queensland, accordant plus de souplesse et de choix aux personnes impliquées dans l'adoption. Ce projet de loi ramène Queensland dans le rang d'autres États australiens", dit-elle.

"La théorisation des pratiques des adoptions passées peut et devrait informer la pratique clinique et la législation et les politiques des adoptions futures", a déclaré le Dr Gair.

Dr Gair a dit que l'étude révélait des histoires de dépression, de tentatives de suicide et de suicides.

"Il y avait des thèmes communs dans les histoires: l'impuissance, les sentiments de rejet et de désespoir", a déclaré le Dr Gair.

"Beaucoup de participants ont évoqué comment ils se sentaient obligés de subir en silence ces sentiments puisque la société dictait un niveau de reconnaissance et de honte associée à l'adoption".

Certaines des histoires racontées par les parents de naissance révèlent que, au moment de l'adoption, on leur a dit qu'ils n'avaient aucun droit et de simplement "continuer avec leur vie".

"Certaines personnes adoptées ont discuté des sentiments de dépression, d'être un "citoyen de seconde classe', et d'avoir "emprunté une identité". Un parent adoptif a parlé de la façon dont son enfant est mort par suicide après avoir été incapable de faire face d'autres rejets", a déclaré le Dr Gair.

Le rapport a également présenté des histoires où les participants ont identifié "des points tournants" qui ont été décrits comme ayant "sauvé (leur) vie". Ces événements impliquaient surtout de trouver un lien avec leurs parents/enfants biologiques, rencontrer un grand-parent ou de trouver un apparentement sur l'internet.

(Source: James Cook University: April 2009)

Exploring links between past adoptions and suicide

3 Apr 2009.

Stories of depression and suicidal thoughts were common among adoptees and birth parents participating in a study conducted by James Cook University social work senior lecturer Dr Susan Gair.

The study involved gathering anecdotal evidence through interviews with birth parents, adoptees and adoptive parents.

Dr Gair said her study showed that previous adoption processes were not ideal and that recent reforms will go a long way to improve future adoptions situations.

"In February, The Adoption Bill 2009 was introduced into Queensland Parliament, granting more flexibility and choices to people involved in adoption. This Bill brings Queensland into line with other Australian states," she said.

"Theorising about past adoption practice can and should inform clinical practice and future adoption legislation and policies," Dr Gair said.

Dr Gair said the study revealed distressing stories of depression, suicide attempts and completed suicides.

"There were common themes in the stories: powerlessness, feelings of rejection, despair and hopelessness," Dr Gair said.

“Many of the participants discussed how they felt required to silently suffer these feelings as society dictated a level of gratitude and shame associated with adoption."

Some of the stories told by birth parents reveal that at the time of the adoption, they were told they had no rights and were told to just "get on with (their) lives".

"Some adoptees discussed feelings of depression, of being a 'second class citizen', and of having 'borrowed an identity'. One adoptive parent discussed how her child died by suicide after being unable to face more rejections," Dr Gair said.

The report also featured stories where participants identified "turning points" which were described as having "saved (their) life". These incidents mostly involved finding a link with their birth parents/children, meeting a grandparent or finding a match on the Internet.

(Source: James Cook University: April 2009)